Jour 4, de Dunquin à Ballycurrane

Distance : 22 kilomètres ; Dénivelé : 100 mètres

Samedi 28 avril

En sortant de l’auberge, la route monte une petite colline, du haut de laquelle je vois mon terrain de jeu pour la journée. Il semble particulièrement plat, j’espère donc qu’il sera moins fatiguant que celui de la veille.Le chemin est effectivement plaisant. Il passe notamment près d’une très jolie plage, où a été tourné le film Horizons lointains, avec Nicolas Kidman et Tom Cruise.

Clogher Beach

Clogher Beach. Nicole Kidman n’y était pas.

Puis arrive la baie de Smerwick, où la Dingle way suit la plage sur six kilomètres. Avec le vent de face, ce n’est pas une partie de plaisir, d’autant que mes tendinites semblent empirer. A midi, je déjeune abrité du vent par une digue, tout près de Ballydavid. Ballydavid dont tous les pubs sont fermés à midi ! Moi qui rêve d’une bière… Je croise un petit papy, à qui je demande si y’a une pharmacie dans les parages, pour mes genoux : « A Dingle, ou à Tralee », me répond-il. Ah. Tant pis.

Plus loin, le sentier côtier est absolument magnifique, surplombant en falaise et donnant à voir les Three sisters (les « Trois soeurs ») de profil.

Three sisters

Les Trois soeurs.

J’arrive ensuite à Ballydavid, censé être le terminus de la journée. Etant plutôt motivé et pas trop fatigué (la douleur s’est un peu atténuée), je continue sur quelques kilomètres à travers des marécages/pâturages ou pâturages/marécages, je ne sais pas trop. Ca sera au moins ça à faire demain, me dis-je.

Devant domine le Mont Brandon, 2e sommet d’Irlande, l’étape suivante.

Le Mont Brandon

Demain, il va falloir passer de l’autre côté.

Au pied de la montagne, je m’arrête à un pub/guesthouse trois étoiles où je décide de passer la nuit (oui, j’ai un peu oublié l’idée de la tente). Il s’agit du An Bóthar, un endroit très bien tenu, avec une bonne ambiance. La nuit est à 40€, petit-déjeuner inclus.

Après un bon bain, dans une immense salle de bain, je descend au bar boire une Guiness et commander à dîner. Alors que je bois seul au comptoir, un type entre dans la salle (depuis une autre salle adjacente) et me dit : « Hey, viens-là, on va discuter. »

Poli, et étonnamment frais, je m’exécute. Billy (c’est son nom) habite juste à côté du pub, il est professeur d’irlandais, une langue gaélique (qui avec les langues brittoniques forment le groupe des langues celtiques) : nous échangeons donc longuement sur le gaélique et le breton, le statut des langues minoritaires et leur avenir, plutôt morose.

Une autre personne vient nous rejoindre ; il a un tel accent que je n’arrive pas à faire la différence entre les moments où il parle anglais et ceux où il parle irlandais.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Jour 4, de Dunquin à Ballycurrane »

  1. Ping : Jour 5 : Monument Valley et Canyon de Chelly | Les voyages de Morgan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s