Jour 1 : De Paris à Vik, via Reykjavik

Lundi 4 juin

Départ de Paris à 22h45. Cela fait quelques jours que le stress commence à monter et que je me demande ce que l’Islande me réserve. Vais-je finir ébouillanté dans un geyser, mort de froid dans un glacier ou au fond d’une crevasse ? Mes amis, jamais à court d’humour noir, m’ont même organisé une « soirée d’adieu, au cas où ».

Sac

Neuf kilos de matériel, quatre de nourriture : paré à partir !

Ceci dit, je ne suis pas complètement fou, et mon voyage suit quand même les sentiers balisés. Alors que je comptais, au moment de la réservation de l’avion, faire trois semaines de trek, je ferai finalement un tour de l’île et le fameux Langavegur, le trek de Landmannalaugar à Skogar.

Dans l’avion, le temps a beau passer, la nuit ne tombe pas : et pour cause, on va vers le Nord. Il fait donc complètement jour lorsque j’arrive à Keflavik, à 0h20. Les voyageurs n’ont pas le droit d’apporter plus de trois kilos de nourriture sur l’île. J’en ai un peu plus (quatre kilos), mais ne voit pas la douane. Après 50 minutes de bus (2000 ISK), j’arrive au camping de Reykjavik (1200 ISK la nuit), où je m’installe pour la « nuit ». Nous sommes une dizaine de tentes.

Mardi 5 juin

Après une nuit courte, durant laquelle la lumière du jour m’a réveillé toutes les quinze minutes, je me lève à 9h. Direction la gare routière BSI où je laisse mon sac en consigne pour pouvoir visiter tranquillement la ville.

Hallgrímskirkja

L’église Hallgrímskirkja, construite en béton de piètre qualité, symbolise les orgues basaltiques d’Islande. Elle fait 75 mètres de haut.

J’avais lu avant de partir qu’il ne fallait pas visiter Reykjavik à son arrivée sur l’île, mais plutôt en fin de séjour, car c’est là qu’elle dévoile ses charmes. C’est plutôt vrai : en trois heures, j’ai l’impression d’en avoir fait deux fois le tour. Certes, Reykjavik est agréable, il semble y faire bon vivre, mais elle est bien petite… et plutôt chère !

Alþing

L’Alþing, le parlement islandais, composé de 63 députés.

TagsA 17h, départ pour Vik, en bus (3h20 de voyage, 5900 ISK). C’est en sortant de l’agglomération de Reykjavik – qui accueille les deux tiers des Islandais, soit 200.000 personnes – que l’île commence à dévoiler ses charmes. Un paysage désolé, noir et gris, balayé par endroit par des coulées de lave. Principal risque de blessure ? Le torticolis, à vouloir regarder le paysage à gauche et à droite du bus.

Sur la route de Vik

Sur la route de Vik, Seljalandsfoss.

Après un arrêt à Skogar, qui me semble grandiose – j’y reviendrai en fin de séjour – me voilà à Vik. Je m’attendais à une grande ville, mais prends vite conscience qu’il va falloir m’habituer aux « villes » islandaises : quelques rues, une église, et 200 habitants. Le tout planté dans un décor majestueux, entre montagne et plages de sable noir.

Vik

Le village de Vik, dans l’ombre (d’où l’impression qu’il fait très nuit).

L'église de Vik

L’église, avec des lupins d’Ecosse, la « fleur nationale » islandaise, mais qui ne vient pas d’Islande…

Les plages de sable noir.

Les plages de sable noir.

Il fait froid, je finis donc par me coucher, vers 22h. La patronne du camping me précise que c’est gratuit ce soir-là, car les sanitaires sont en travaux. C’est toujours ça d’économisé !

Reynisdrangur

Les pitons rocheux de Reynisdrangur (qu’on ira voir demain). Le plus haut mesure 66 mètres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s