Jour 7 : De Louxor à Assouan, via Edfou et Kom Ombo

Mercredi 8 mai

A 8h, un chauffeur de la compagnie Aswan Individual (leur site est plein de bons conseils) vient me chercher. J’ai privatisé un de leurs taxis pour descendre jusqu’à Assouan, pour 600LE. J’avais réservé avant de partir, par précaution, mais en fait tout le monde propose ça à Louxor, pour moins cher. En fait, il n’y a absolument rien besoin de réserver avant de partir : tout se fait relativement facilement sur place. Après, l’avantage de cette société, c’est qu’ils sont très sérieux. Les chauffeurs ne s’arrêtent pas devant des magasins, ne demandent pas de bakchich, ont des voitures récentes… A vous de voir. A noter : comme à chaque fois en Egypte (taxi, felouques, etc.) le prix s’entend pour une voiture entière. Si mes amis (qui se reconnaitrons) m’avaient accompagné plutôt que d’aller en Jamaïque ou au bureau, on aurait chacun payé un cinquième de ce prix.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le premier arrêt, Edfou, se trouve à 110 km au sud de Louxor. Le trajet est l’occasion d’observer la vie égyptienne en dehors des grandes villes, essentiellement portée sur l’agriculture. C’est un des trois secteurs économiques les plus importants du pays, avec le tourisme et l’armée. Ce qui explique que le revenu moyen ici soit de 70€ par mois. « Dire qu’au sortir de la seconde guerre mondiale, nous étions plus développé que le Japon ou la Corée », m’a glissé un Égyptien…

Le temple d’Edfou (50LE l’entrée) est plutôt récent, puisqu’il a été construit à la gloire du dieu faucon Horus en 237 avant JC. Enfoui sous le sable, il a été dégagé par le français Mariette dans un état de conservation exceptionnel. Seules les peintures ont presque disparu.

Le premier pylone.

Le premier pylone.

Là, c'est le côté du temple.

Là, c’est le côté du temple.

Et là l'arrière.

Et là l’arrière.

Après ce petit tour, poursuivons notre visite.

Après ce petit tour, poursuivons notre visite.

Contrairement aux temples que j’ai visité jusque-là, celui-ci permet vraiment de comprendre son agencement et l’utilité de chacune des pièces, grâce à son état de préservation.

Horus, le faucon.

Horus, le faucon.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C'est le seul temple dont il reste le "naos", l'espèce de trône en granit au fond. Par contre, le bateau est une copie : l'original est au Louvre.

C’est le seul temple dont il reste le « naos », l’espèce de trône en granit au fond. Par contre, le bateau est une copie : l’original est au Louvre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERANous partons ensuite vers Kom Ombo. Comme Edfou, ce temple (30LE) date de la fin de l’époque pharaonique. Il a été achevé au début de notre ère (l’Egypte devint une province romaine en 31 av. JC, à la mort de sa dernière reine, la fameuse Cléopâtre VII). Il est dédié à la fois au dieu faucon Horus et au dieu crocodile Sobek. Il présente donc une architecture unique, où chaque pièce principale est doublée (pour ne pas faire de jaloux entre les dieux).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour être honnête, le temple est dans un tel état qu’il est difficile de se rendre compte de cette spécificité. Surplombant le Nil et situé en dehors de la ville, il jouit d’une position exceptionnelle, mais a mal traversé les âges.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERASa visite est néanmoins un vrai plaisir : nous sommes en avance sur les paquebots de croisière (forcément, par la route c’est plus rapide), je suis donc seul sur le site. Ni groupes de touristes, ni arnaqueurs : un régal, je vous dis !

A la sortie du temple, un tout petit musée est consacré aux crocodiles.

Des crocos momifiés.

Des crocos momifiés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il ne nous reste plus qu’à parcourir les 40 kilomètres restant jusqu’à Assouan, dernière grande ville au sud du pays, avant la Nubie et l’Afrique noire.

Une remorque de canne à sucre.

Une remorque de canne à sucre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERAJe descends à l’hôtel Keylani, qui se situe plutôt dans des prix moyens (20€ la nuit). Il est lui aussi bien tenu, ma chambre est spacieuse et bien équipée (coffre fort, frigo, clim, TV), mais la salle de bain est un peu défraîchie. L’hôtel a une superbe terrasse sur le toit, avec une piscine.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’y croise un taïwanais qui était la veille au Boomerang, ainsi que Jerry, l’Irlandais avec qui j’étais allé faire de la felouque. Nous décidons d’aller faire un tour sur l’île Éléphantine, face à Assouan. On y trouve un village nubien ainsi qu’un site archéologique sur lequel nous entrons. Belle vue sur le Nil et la ville. On passe un parc et arrivons… à l’entrée du site/musée, où on nous demande de payer le ticket pour ce que nous venons de voir. Hors de question, ils avaient qu’à mieux l’indiquer. C’est bien la seule fois qu’on aura un truc gratuit en Égypte !

IMG_8793 IMG_8797 IMG_8798De retour en ville, nous allons au souk boire des verres de jus de canne à sucre pressées – délicieux, mais je préfère pas connaître l’équivalent en carrés de sucre – et manger un falafel.

Après avoir fait le plein de bières, on se pose sur la terrasse de l’hôtel avec Sally, une journaliste sud-africaine, pour discuter toute la soirée, de la politique de nos pays, de nos voyages et de l’Egypte. Et le constat est amer. Sally fait des exercices de yoga pour mieux supporter les agressions perpétuelles. Jerry -qui a passé sa vie à voyager – considère que c’est le pire voyage qu’il ait fait. Quant à moi, j’adore certains aspects du séjour, mais c’est la première fois qu’après une semaine, j’ai hâte de rentrer à Paris.

Il est tout simplement impossible, dans la rue ou sur les sites archéologiques (sauf quand on est seul, comme ça m’est arrivé quelques fois) d’être tranquille cinq minutes. Il est impossible de faire le moindre achat sans que le vendeur essaye de nous entuber. Il est impossible de demander le moindre conseil, la moindre direction à quelqu’un sans qu’il demande de l’argent en échange. Comme le disaient les Lithuaniennes il y a deux jours : « Il y a très certainement une grande majorité d’Egyptiens honnêtes, c’est juste qu’on ne les a pas encore vus. » Après une semaine, ça commence à faire long, non ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s