Jour 8 : Excursion à Abou Simbel

Jeudi 9 mai

Par mesure de sécurité, il n’est possible d’aller sur le site d’Abou Simbel (290km au sud d’Assouan) que par convois sécurisés (sauf à prendre l’avion ou le bateau).

Concrètement, tous les cars et voitures sont fouillés avant le départ, et chacun se met en branle à heure fixe en file indienne pour filer à 100km/h à travers le désert. 90% du trafic a lieu le matin, par le convoi de 4h. Je ne suis pas un stratège antiterroriste, mais j’ai l’impression que cette solution est stupide : il suffirait à un terroriste de dégommer au lance-roquette la première voiture du convoi pour créer un carambolage à haute vitesse, mais bon, faut bien justifier le budget de l’armée.

N’ayant pas spécialement envie de me lever à 3h, je choisis de prendre le deuxième convoi, qui part lui à 11h. Le nombre de voitures se compte sur les doigts d’une main, à tel point que nous ne sommes même pas précédés d’un véhicule de l’armée (y’a juste un militaire qui monte dans la première voiture du convoi, nous voilà rassurés. Au retour, il sera dans ma voiture et dormira tout le long).

Voilà le paysage pendant trois heures. Du coup, j'ai dormi aussi.

Voilà le paysage pendant trois heures. Du coup, j’ai dormi aussi.

Après trois heures de route, nous arrivons à Abou Simbel. Les deux temples qui le composent auraient dû être engloutis lors de la construction du haut barrage d’Assouan, comme toute la Nubie. Un programme de l’Unesco permis néanmoins de sauver quatorze sites, en les démontant pierre par pierre pour les reconstruire ailleurs (je vous en parlerai plus longtemps dans le billet du Jour 9, consacré à la Nubie).

La-dessous coulait le Nil.

La-dessous coulait le Nil.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Abou Simbel, creusé dans une falaise, fut découpé en un millier de blocs de 20 à 40 tonnes et remonté de 60 mètres. Ce qu’on voit aujourd’hui n’est donc qu’un gigantesque puzzle adossé à une colline artificielle. Le génie civil français fut d’une grande aide pour mener à bien l’opération, ainsi que le général de Gaulle, qui fit don d’un million de dollars (sur un coût total de 40 millions, pour un chantier qui a duré quatre ans). Le résultat laisse bouche bée : pour qui n’est pas au courant de l’opération, il est difficile de remarquer la supercherie une fois à l’intérieur.

Le chantier a duré de 1964 à 1968 et a été rendu possible grâce à la collaboration d'une cinquantaine de pays, dans un contexte de Guerre froide, et aux dons de milliers de particuliers. ""J'ai une idée de ce qu'est l'Egypte, nous l'avons étudiée en classe, j'ai cassé ma tirelire, je vous envoie ce qu'elle contient", écrit par exemple à l'Unesco une Française de 11 ans, plus tard invitée par le gouvernement du Caire.

Le chantier a duré de 1964 à 1968 et a été rendu possible grâce à la collaboration d’une cinquantaine de pays, dans un contexte de Guerre froide, et aux dons de milliers de particuliers. « J’ai une idée de ce qu’est l’Egypte, nous l’avons étudiée en classe, j’ai cassé ma tirelire, je vous envoie ce qu’elle contient », a par exemple écrit à l’Unesco une Française de 11 ans, plus tard invitée par le gouvernement du Caire.

Voilà une photo d'archive du remontage du temple.

Voilà une photo d’archive du remontage du temple.

Avantage du second convoi : lorsque je visite Abou Simbel, nous sommes seulement quatre à l’intérieur. Et c’est magique. Le temple a été construit par Ramsès II à sa propre gloire. Il n’a pas fait les choses à moitié : après avoir passé les quatre colosses de vingt mètres qui gardent l’entrée, on arrive dans des salles couvertes de fresques remarquablement conservées. Le matin, il peut y avoir des centaines de personnes à l’intérieur. Là, seul ou presque, on est pris d’un sentiment d’éternité.

On s'approche du grand temple...

On s’approche du grand temple…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L'inconvénient de l'après-midi, c'est que le soleil est au-dessus du temple. Le matin, il l'illumine...

L’inconvénient de l’après-midi, c’est que le soleil est au-dessus du temple. Le matin, il l’illumine…

On ne peut pas faire de photos à l'intérieur. Donc je vous abreuve de photos de l'entrée sans aller chercher des images d'archives, pour que vous découvriez par vous-même l'incroyable beauté du monument, lorsque vous y serez.

On ne peut pas faire de photos à l’intérieur. Donc je vous abreuve de photos de l’entrée sans aller chercher des images d’archives, pour que vous découvriez par vous-même l’incroyable beauté du monument, lorsque vous y serez.

À côté du grand temple se dresse celui d’Hathor, construit par Ramsès II en hommage à sa femme favorite, Néfertari, « celle pour qui le Soleil se lève tous les matins ». Considérée à l’époque comme la femme la plus belle d’Egypte, elle a déjà la plus belle des tombes de la nécropole thébaine (fermée au public, il fait payer 2500€ pour pouvoir entrer) et donc, ce temple.

Aujourd'hui, il est plus courant d'offrir des bouquets de fleurs à son épouse.

Aujourd’hui, il est plus courant d’offrir des bouquets de fleurs à son épouse.

Plus petit que celui de son mari – évidemment ! – il est lui aussi extrêmement bien conservé et absolument magnifique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Si vous donnez des sous au monsieur à l’entrée, il est possible de faire des photos, même si c’est interdit.

Après 1h30 de visite, il est temps de reprendre la route… Trois heures à nouveau jusqu’à Assouan. C’est long, mais ça en valait la peine.

Mais avant de reprendre la route, comme dans tout site touristique, faut passer par les magasins attrappe-touristes. Mais depuis 2011, y'a plus vraiment de touristes à attraper... D'où des souks désertés par les vendeurs.

Mais avant de reprendre la route, comme dans tout site touristique, faut passer par les magasins attrappe-touristes. Mais depuis 2011, y’a plus vraiment de touristes à attraper… Chaque porte était une échoppe. C’est dramatique.

Le paysage au retour. Le même qu'à l'aller.

Le paysage au retour. Le même qu’à l’aller.

À l’hôtel, je rencontre un Français et nous décidons d’aller dîner au restaurant Panorama, sur la corniche. Super restau pas cher du tout (3€ le plat) avec une longue carte de jus pressés : nous testons le jus de caroube (au goût un peu praline), de karkadeh (surgeat), le doom (jus d’une feuille de palmier d’Assouan, au tôt un peu plus fort que le caroube) et le jus de tamarin (indéfinissable, avec un arrière goût d’abricot). Promenade ensuite dans le souk, sans être embêtés du tout. Là-dessus, Assouan est plus sympa que Louxor.

Un magasin d'épices qui fait führer dans le coin.

Un magasin d’épices qui fait führer dans le coin.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s