Jour 3 : Asakusa, Akihabara et Shinjuku

Lundi 30 septembre

Jetlag, vacances et flemme innée associés, il est déjà midi quand nous sortons de l’hôtel.

Nous allons d’abord voir les temples d’Asakusa, qui hier soir étaient fermés. En général, les temples ferment d’ailleurs très tôt : 18h grand max. Je ne sais pas trop pourquoi. Peut-être les moines veulent-ils être tranquilles quelques heures par jour ? Car en pleine journée, l’allée qui mène au temple Senso-ji est très animée. Et nombreux sont les Japonais qui mettent leurs mains dans ses vapeurs d’encens, avant d’aller prier la déesse bodhisattva Kannon. Selon la croyance, cela protège de la maladie. 

IMG_9560

Cette grande allée commerçante s’appelle Nakamise-dōri.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au bout de l’allée se dresse le hōzōmon ( littéralement « Porte de la salle aux trésors »), avec à sa gauche la pagode à cinq étages. Le temple Sensō-ji, qui se trouve derrière, a été terminé en l’an 645 et est le plus ancien temple de Tokyo.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERAD’autres temples et sanctuaires de taille plus modeste aux alentours sont par contre vides de visiteurs, malgré la richesse de leurs intérieurs. Comme une grande partie de Tokyo, le quartier a été ravagé par les bombardements en 1945. Les monuments ont été reconstruits après-guerre, plus ou moins à l’identique, mais je trouve qu’on y perd en authenticité.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA IMG_9561 IMG_9562

Nous nous rendons ensuite à pieds dans le quartier d’Akihabara, distant d’environ deux kilomètres. Ceux qui ont lu le journal de mon précédent voyage aux Japon connaissent déjà cet endroit. Pour les autres, un résumé : Akihabara est la Mecque de l’électronique et de la culture anime/manga/jeux vidéo. Les immeubles, sur quatre, six, huit étages parfois, regorgent de trésors : vieux jeux, artbooks introuvables, dojin, figurines… De quoi se faire plaisir, à condition de fouiller.

IMG_9565 IMG_9570

J’ai une mémoire assez étonnante : autant je ne retiens jamais les prénoms ou les visages, autant j’ai une bonne mémoire des lieux et des odeurs. Déjà plusieurs fois je m’en suis rendu compte au Japon, à chaque fois un sourire se dessinant sur mon visage. Toute cette aparté pour dire que j’ai trouvé facilement ma route, jusqu’à dire à Minirop : « on arrive bientôt, il y aura un restaurant français au coin de cette rue et le Club Sega sera en face. » Ça m’a étonné.

Nous avons commencé tranquillement, par quelques grands magasins de la rue principale. Rien de bien intéressant pour moi : des CDs et DVDs (5 à 6 fois plus cher que ce qu’on trouve en France), des mangas (je lis pas le jap’), des jeux PC… Ainsi que des cochoncetés en pagaille. C’est amusant d’y jeter un œil au début, mais en s’y penchant bien, on y trouve des trucs vraiment très limite. Le scato passe encore, après tout chacun sa merde, mais je suis très réservé sur la masse de dessins animés pédophile disponible (réservé dans le sens où je ne vais pas trancher le débat sur : « est-ce que se masturber là-dessus évite que certains aillent voir des vrais enfants ? »).

IMG_9572

IMG_9582

En allant dans les rues adjacentes, on tombe sur des magasins avec des produits plus intéressants pour nous. Le Mandarake notamment propose, sur 8 étages, un nombre incalculables de goodies neuf et occasion. Ça va de la cellulo (une image entrant dans le processus de réalisation d’un dessin animé) de Princesse Mononoke à 1000 euros à une figurine de superheros des années 80 à 2500€ ; mais aussi à des choses plus actuelles et à des prix abordables. Voire très abordables : des figurines vendues 30 à 60 euros sur eBay sont ici à 12 euros.

Bref, on craque, on gardant en tête la place disponible dans nos valises. Un peu plus tard, un magasin de jeux me et met d’acheter des éditions originales sous blister de Final Fantasy II et III.

Une console portable permettant de jouer aux cartouches Super Nintendo (et, avec un adaptateur, aux cartouches NES ou Mega Drive).

Une console portable permettant de jouer aux cartouches Super Nintendo (et, avec un adaptateur, aux cartouches NES ou Mega Drive).

IMG_9575

Voici nos achats en cette première journée. "C'est du repérage, on achète rien", s'était-on dit le matin.

Voici nos achats en cette première journée. « C’est du repérage, on achète rien », s’était-on dit le matin.

Notre portefeuille plus léger, nous allons nous remettre de nos émotions dans un maid café. Attention, régression intellectuelle en vue ! Les soubrettes applaudissent notre arrivée puis nous affublent d’oreilles de lapin. Pour commander, faut allumer une bougie magique et quand on reçoit nos glaces, on nous demande de faire une petite chorégraphie « Moe Moe Nyan Nyan » (« Mignon mignon miaou miaou ») ou « Moe Moe Pyun Pyun ». Le tout dans un décor rose bonbon du plus bel effet. J’ai l’impression que mon cerveau a fondu.

Le Maidreamin où nous sommes allé. Il y en a à tous les coins de rue.

Le Maidreamin où nous sommes allé. Il y en a à tous les coins de rue.

Ma glace au thé vert, en forme de tortue (kamé, en japonais).

Ma glace au thé vert, en forme de tortue (kamé, en japonais).

Avant de partir, nous faisons une photo souvenir (payante, bien sûr) avec notre serveuse.

Photo souvenir avec une pose censée être mignonne (on voit que je ne suis pas habitué).

Photo souvenir avec une pose censée être mignonne (on voit que je ne suis pas habitué, ça fait plus boxeur que chat).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Akiba by night.

Akiba by night.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le soir, nous avons rendez-vous avec une Française travaillant au Japon, que nous appellerons Uzaigaijin pour respecter son anonymat, à qui j’ai ramené des Dinosaurus. C’est une des premières personnes que j’ai suivies sur Twitter.

Une fois arrivé à notre lieu de rendez-vous – le carrefour géant de Shibuya, on ne peut pas le raté (mais nous l’avons quand même raté puisqu’on est descendu à Shinjuku), nous nous rendons dans un restaurant. Autour de quelques verres d’umeshu et de shoshu, on échange sur la France, le Japon. Uzaigaijin nous donne quelques conseils d’endroits à visiter (et de burgers à tester) et des infos diverses sur le Japon. Par exemple, j’apprends que le bruit de l’appareil photo des iPhone japonais ne peut pas être désactivé, notamment pour éviter les photos upskirt. C’est dingue.

Si la photo est floue, ce n'est pas à cause de l'umeshu, mais parce que nous étions sur un escalator.

Si la photo est floue, ce n’est pas à cause de l’umeshu, mais parce que nous étions sur un escalator.

Finalement, il est quasiment minuit quand on quitte l’établissement. Et c’était juste : à cinq minutes près, on ratait le dernier métro. On a beau être dans une mégalopole, il ne roule pas toute la nuit. Pis, il n’y a même pas de bus de nuit. Si vous le ratez, c’est taxi ou dodo dans un capsule hotel (ou dans un manga café, pour les plus courageux ou les plus fauchés).

Dans le métro japonais, il est interdit de jouer les héros.

Dans le métro japonais, il est interdit de jouer les héros.

Il est également interdit d'écraser les petites vieilles avec sa valise.

Il est également interdit d’écraser les petites vieilles avec sa valise. Je me demande ce que signifie ce coeur qui sort de la poche du mec. Une idée ?

Publicités

4 réflexions au sujet de « Jour 3 : Asakusa, Akihabara et Shinjuku »

  1. Pour la dernière image, mes sources japonaises me soufflent que c’est parce que c’est une attitude de « sans cœur ».

  2. Ping : Jour 13 : Akihabara (encore) | Les voyages de Morgan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s